05/07/2021 Etude

La France comme destination d’évasion et de vacances

Une étude CSA pour l’Agence Nationale pour les Chèques-Vacances (ANCV)

Comment la pandémie a-t-elle influencé leurs vacances ? Quelles destinations ont-ils privilégié et pourquoi ? Un sondage dont les résultats révèlent que restrictions de déplacement ou non, la France, portée par la diversité de son offre touristique, reste indiscutablement le lieu de villégiature plébiscité des Français !

VOYAGER EN FRANCE : UNE VÉRITABLE ENVIE, AU-DELÀ DE LA CONTRAINTE SANITAIRE

 

Des Français bien décidés à partir… En France !

 

Depuis le début de la crise sanitaire, 2 Français sur 3 ont réalisé au moins un séjour hors de leur domicile pour motif personnel. Et c’est en France, pour la très grande majorité d’entre eux, qu’ils ont décidé de s’évader. Ce choix n’est pas contraint par la fermeture des frontières et les restrictions sanitaires. En effet, si 35 % des répondants admettent avoir découvert ou redécouvert leur pays du fait de la pandémie, plus de 7 Français sur 10 (74 %) estiment que la Covid-19 n’a pas influencé leur choix de rester sur le territoire national.

 

Proximité et richesse culturelle : les atouts d’un pays où il fait bon voyager

 

Pour leurs envies d’évasion et de voyage, plus de 8 Français sur 10 identifient la France comme une destination d’évasion ! Une part équivalente estime que voyager dans l’Hexagone permet de s’évader tout autant que dans un pays étranger, et 89 % d’allier proximité et dépaysement, sans jamais se lasser. Alors, qu’est-ce qui fait de la France une destination privilégiée ? Nos concitoyens citent dans leur top 3 : la richesse du patrimoine culturel et historique (38 %), sa facilité d’accès (36 %) et sa gastronomie (29 %).

 

Sur la route des vacances : plus de jeunes voyageurs que de seniors

 

Si la pandémie n’a pas empêché une majorité de Français de partir, elle a néanmoins modifié la sociologie des vacanciers. Probablement par peur d’une contamination, de nombreuses personnes de plus de 50 ans ont renoncé à leurs projets. Elles ne sont ainsi que 56 % à s’être éloignées de leur domicile lors des 12 derniers mois, alors qu’elles sont habituellement les premières à faire leurs valises. A contrario, les « jeunes » (de 18 à 24 ans), une population généralement plus éloignée des vacances, a mieux profité qu’en temps ordinaire des occasions de partir : 78 % d’entre eux se sont accordé des congés l’an dernier.

UNE FILIÈRE TOURISTIQUE QUI PEUT COMPTER SUR LA SOLIDARITÉ DES FRANÇAIS

 

Faire preuve de solidarité : une évidence !

 

94 % des Français considèrent que voyager en France, c’est soutenir la filière touristique et 21 % estiment même qu’il s’agit de l’une des premières raisons de partir en France actuellement. Une bonne nouvelle pour les acteurs du tourisme, durement fragilisés par la crise sanitaire et qui ont plus que jamais besoin de la solidarité des Français. Une dynamique soutenue notamment par l’ANCV qui agit sur le terrain pour favoriser un tourisme de proximité. Les Chèques-Vacances, diffusés auprès de 4,6 millions de Français, constituent un soutien à l’ensemble des acteurs de la filière touristique puisqu’en moyenne 1€ de Chèque-Vacances correspond à 2 voire 3€ supplémentaires dépensés sous une autre forme. De plus, les programmes d’action sociale de l’ANCV offrent aux personnes en fragilité sociale ou économique une aide financière précieuse pour réaliser leur désir d’évasion.

 

Les Chèques-Vacances, un moteur dans le choix de la destination France

 

24 % des répondants déclarent avoir bénéficié de Chèques-Vacances depuis 1 an et parmi ceux-ci, les constats précédents sont renforcés : 90 % des bénéficiaires des Chèques-Vacances considèrent la France comme une destination d’évasion (83 % pour l’ensemble des répondants) ; ils ont également été plus nombreux à partir en France (77 % contre 62 %). 45 % des bénéficiaires de Chèques-Vacances estiment avoir redécouvert la France grâce à la Covid-19, contre 35 % des Français.

 

Méthodologie : Etude réalisée par l’institut CSA pour l’ANCV sur la base d’un questionnaire auto-administré en ligne auprès d’un échantillon représentatif de 1 004 Français âgés de 18 ans et plus, interrogés du 29 avril au 7 mai 2021.